lundi 30 novembre 2015

Thomas Clerc : Les 13 et 14 novembre la France a été attaquée par des pétainistes !


Dans un article nauséabond du "journal" Libération, le communiste Thomas Clerc fait un amalgame entre l'islamisme et le pétainisme :

Le terrorisme s’est toujours appuyé sur des pauvres types pour exercer sa terreur. Il suffit d’observer le profil des jeunes recrues, des frères Kouachi au converti «bien de chez nous» Fabien Clain (le jihadiste qui a revendiqué les attentats pour l’Etat islamique, ndlr) [Fabien Clain n'a rien d'un gars «bien de chez nous»] , pour retrouver en eux le trait spécifique de ce que [le Juif] Marx appelait le «lumpenproletariat», cette racaille dépolitisée et sans travail prête à se vendre à l’oppresseur [le bourgeois !].
 
Fabien Clain, un gars de chez nous ?


Issue du peuple [les bougnoules ?!] mais dépourvue de conscience de classe [non communistes], cette frange de marginaux rejoint les rangs de l’Ordre, qui l’instrumentalise contre les siens [les victimes du Bataclan étaient aussi des bougnoules ?] et lui offre un but. L’islamisme radical recrute parmi ces égarés ; or il a été historiquement précédé par une mafia nationale [Les guerres de BHL au Moyen-Orient étaient d'abord des guerres pour Israël, elles n'avaient rien de "nationales".] qui devrait faire taire l’idée que les barbares, c’est seulement «eux» et pas «nous».

Occupés à combattre les USA et la France, les islamistes 
n'ont jamais attaqué Israël !


Sous l’Occupation allemande, déjà, les services paramilitaires de la Milice, forces françaises de Vichy alliées aux nazis, recrutèrent des jeunes gens (environ 30 000 hommes) dépourvus d’avenir [Qu'en sait-il ?], têtes brûlées auxquelles la violence tenait lieu de discours, en plus d’une prime et d’une reconnaissance sociale soudaine. Une idéologie totalitaire nourrit la Milice comme l’islamisme [Les musulmans qui nous assassinent sont également des pétainistes ?!], mais les jeunes engagés étaient avant tout des paumés sans idéologie qu’il était facile d’endoctriner à l’aide de quelques formules chocs.

Un film l’a très bien vu il y a quarante ans, Lacombe Lucien (1974), de Louis Malle, qui brisa le consensus national véhiculé par le pouvoir gaulliste et communiste [100 millions de morts !] selon lequel les Français avaient été résistants [Oui, des Français ont courageusement lutté contre le judéo-bolchevisme à l'Est. Les derniers défenseurs du bunker d'Adolf Hitler étaient des volontaires français]

 Ils ont failli sauver la Race Blanche.

Non seulement cela était faux, mais Lacombe Lucien montrait en outre que l’engagement du jeune paysan dans la Milice avait été le fruit d’une déception, celle de n’avoir pu entrer dans la Résistance. Alors qu’elle est parfaitement plausible, cette volte-face heurta les intellectuels d’alors, notamment Michel Foucault et les Cahiers du cinéma qui, en pleine période maoïste [en ce temps là les maoïstes défendaient l'honneur de la France !], attaquèrent un chef-d’œuvre dont le scénariste était un jeune écrivain peu connu, Patrick Modiano [Juif antiblanc], intéressé par la figure historique du traître. Contrairement à ce que croient certains idéologues, les gens qui s’engagent pour une cause ne le font qu’accessoirement «pour» cette cause : ils le font «parce que» c’est une cause. Les musulmans radicaux se sont embringués dans l’islamisme parce qu’ils n’ont pas eu la possibilité d’opter pour la République [les Blancs assassinés au Bataclan méritaient leur sort Mr Thomas Clerc ?]. La République française se veut intégratrice ; tout le monde sait qu’elle n’inclut que les inclus [l'apologie du terrorisme n'est plus un délit en France, Mr Thomas Clerc ?].

Les Hasna Ait Boulahcen et autres Ismaël Omar Mostefaï sont les Lacombe Lucien d’aujourd’hui, comme l’islamisme est le nihilisme contemporain. La question qui intéresse la police est de savoir combien «ils» sont ; la nôtre est de savoir comment on produit ces gens «made in France» [!!!]. On peut certes rappeler leur débilité : dans le film de Malle, Lacombe Lucien ne sait même pas ce que signifie «juif». Les tueurs de Charlie ignorent les fondements de leur propre religion [les arabes sont trop idiots pour comprendre leur religion ?] , et ceux du vendredi 13 novembre «lisent» la violence du Coran au premier degré. Mais cette animalité [des bêtes donc, sur ce point nous sommes d'accord, Mr Thomas Clerc] a elle-même des causes politiques : leur éducation littéraire n’a pas été faite [le faux journal d'Anne Frank ? Les élucubrations d'Elie Wiesel ?], et leur désœuvrement rendu officiel sous le nom de chômage de masse. Ajoutez à cela qu’ils sont musulmans, c’est-à-dire disqualifiés d’office par une France apeurée [le courage des antiracistes, on l'a vu lors de l'attaque contre Charlie hebdo, ils étaient tous planqués sous la table] qui glisse vers le Front national. Quant à ceux qui les «protègent», les islamo-gauchistes , ils les enfoncent de facto en brandissant le mot d’islamophobie à toutes les sauces, ce qui reconduit une logique d’exclusion.

Tant qu’on considérera l’islam comme une religion inintégrable, elle sera inintégrée [les Blancs assassinés à Paris méritaient-ils leur sort Mr Thomas Clerc ?] : pour rendre un élève mauvais, il suffit de lui dire qu’il est mauvais. La performativité est totale en ce cas, et l’on ne peut que s’étonner du faible nombre d’attentats commis depuis des décennies [les islamistes n'ont pas tué assez de Blancs, Mr Thomas Clerc ?] par les rejetons dégénérés [le faible QI des immigrés d'Afrique du Nord est une évidence pour tout le monde - inutile de le rappeler] d’une population humiliée au quotidien [victimes de l'apartheid ? Comme en Israël ?]

Le parallèle que j’établis se discute puisque les miliciens émanaient de l’Etat français alors que les recrues de Daech sont financées par l’Etat islamique : il n’en reste pas moins qu’entre ces jeunes marginaux de l’Occupation auxquels le pouvoir de mort fut brusquement offert comme une «divine surprise» et les terroristes, la même logique du traître [le traître dans cette histoire, n'est pas celui que vous dénoncez Mr Thomas Clerc] opportuniste est à l’œuvre. L’islamisme est antimoderne, ses premières victimes sont les rénovateurs de l’islam [les victimes des 13 et 14 novembre étaient des rénovateurs de l'islam ?] ; mais la France, en renonçant à sa vocation universaliste au profit du pur Profit , se trahit elle-même, produisant un ressentiment puissant contre ce qu’elle est censée incarner. Les Lacombe «Jihad» Lucien prospèrent sur le terreau de la démocratie livrée au marché mondial : «On va faire des braquages à Damas !» claironnait Abaoud ; fin 44, la Milice pillait l’or national. A nihilisme, nihilisme et demi.


Le dernier discours d'Adolf Hitler avant la chute finale

  

Rarement un homme a été autant aimé de son peuple.

L'immense contribution de la race nègre à l'humanité

 



Vous pouvez faire sortir le nègre de la jungle, mais vous ne pouvez jamais faire sortir la jungle du nègre.

dimanche 29 novembre 2015

Une Weltanschauung pour la Race Blanche


Pierre Sautarel est un des nombreux adversaires de notre religion raciale, la Créativité. Il a toujours combattu, avec un acharnement remarquable, notre vision du monde.

Cette semaine le site fdesouche.com a précisé sa ligne éditoriale dans un article du Paysan Savoyard : http://www.fdesouche.com/674499-attentats-de-paris-le-silence-de-la-resignation

Tout n'y est que lâcheté et résignation. L'Europe doit impérativement être décolonisée. La Race Blanche doit se doter d'un sanctuaire racialement sain, où elle ne sera pas contaminée par le métissage. L'expansion de la Race Blanche, la conquête du monde - ce sera pour plus tard. Nous devons nous concentrer sur l'essentiel, la survie de la Race Blanche. Ceux qui refusent nos solutions sont déjà morts, mais ils ne le savent pas encore.

RaHoWa.

On est chez nous, on est des français musulmans marocains !

    

Le départ approche ...

samedi 28 novembre 2015

La plus grande peur de François Hollande

              

La plus grande peur de François Hollande ce n'est pas DAECH ou les attentats islamiques : c'est le réveil de la Race Blanche, c'est que l'Homme Blanc sorte de sa longue léthargie et qu'il réagisse !

Jamais un djihadiste de Race Blanche n'a attaqué la France !

  
  Le djihadiste idéal, un blond aux yeux bleus ?


En mars 2012, lors des tueries de Toulouse les médias évoquaient constamment la piste de l'extrême droite. La presse se focalisait alors sur 2 anciens militaires de la région toulousaine. On connait la suite, le coupable était un bougnoule : Mohammed Merah.

Les djihadistes qui ont attaqué Paris le 13 novembre étaient tous des migrants, des fils de migrants ou des petits-fils de migrants originaires du monde arabe. Pas un seul Blanc parmi eux.

Si un seul des djihadistes avait été de Race Blanche, son portrait tournerait en boucle sur tous les médias. Les journalistes ne parleraient que de lui, matin, midi et soir. Des dizaines, des centaines de reportages nous conteraient l'histoire de ce Français de souche tombé dans l'islam radical. Le matraquage médiatique aurait été prolongé jusqu'à ce que l'opinion publique ne fasse plus de lien entre l'arabe et l'islam !

Florian Philippot: "Pierre Dinet passera en commission de discipline pour ses propos dégueulasses"

  

Candidat FN aux régionales en Gironde, Pierre Dinet a qualifié l'islam, d"hydre puante et mortifère" le lendemain des attentats de Paris.

Le chevènementiste antiraciste Floriant Philippot a promis des sanctions exemplaires.


Comme E&R, le FN prône l'unité nationale !


Suède : La vice-Premier Ministre pleure car elle ne peut plus accueillir de migrants

  

Pauvre femme... elle a été élevée dans la haine, la haine de soi, la haine de la Race Blanche. Il y a de nombreux cas comme elle en Europe - totalement irrécupérables !

En septembre 2015, c'était la ministre des affaires étrangères suédoise, Margot Wallström, qui pleurait la mort du "petit Aylan" : http://www.huffingtonpost.fr/2015/09/04/migrants-ministre-suede-pleure-tele-mort-aylan-kurdi_n_8086802.html

Culpabilisés à mort par le nazisme - ces malheureux Nordiques sont rongés par la honte de ce qu'ils sont : la quintessence de la Race Blanche !

Une révisionniste de 87 ans condamnée à 10 mois de prison en Allemagne

   Cliquez CC pour obtenir les sous-titres en français.

     Merci à didi 18 D pour ses traductions.

Ursula Haverbeck, révisionniste allemande âgée de 87 ans, vient d’être condamnée à 10 mois de prison ferme par un tribunal de Hambourg en application des lois anti-blanches et anti-allemandes mises en place à l’instigation des juifs et de leurs séides.

Son crime est d’avoir il y a quelques mois, lors d’un entretien filmé avec le magazine allemand Panorama, soutenu que l’histoire de leur prétendu Holocauste est truffée d’énormes mensonges, en détaillant un certain nombre, notamment concernant les fameuses « chambres à gaz » qui aurait permis le prétendu massacre.

On pourra penser ici aux trous du plafond qui dans la version officielle permettent d’introduire le zyklon, mais qui n’existent pas ; au rythme de crémation théorique totalement impossible ; aux prétendues fosses de crémation qui ne peuvent absolument pas réduire en cendre des cadavres ; aux problèmes d’évacuation du gaz mortel (il en resterait forcément entre les corps) et globalement à l’inefficacité totale de la méthode prétendue ; à la vitre d’une porte d’une des prétendues chambres à gaz ; aux témoignages sans queue ni tête, etc…

Ursula Haverbeck a aussi qualifié l’Holocauste de « plus gros et plus persistent mensonge de l’Histoire » par son ampleur et sa durée, et déclaré qu’il y a des « experts qui disent que tout le système politique de l’après-guerre s’effondrerait si cela est questionné. C’est pourquoi [ce mensonge] est défendu avec tant de véhémence, assez logiquement. »

Le tribunal a refusé que la vérité de ses affirmations soit étudiée : la vérité n’est pas une défense face aux tribunaux anti-blancs. Le juge a même eu le culot d’affirmer que « il est futile d’arguer avec des gens qui n’acceptent pas les faits ».

Comme Maurice Bardèche le prévoyait déjà en 1948 dans « Nuremberg, ou la Terre Promise », livre visionnaire que l’on peut aisément récupérer en ligne :

"Le monde est désormais démocratique à perpétuité. Il est démocratique par décision de justice. Désormais, un précédent judiciaire pèse sur toute espèce de renaissance nationale.[…]

La condamnation du parti national-socialiste va beaucoup plus loin qu’elle n’en a l’air. Elle atteint, en réalité, toutes les formes solides, toutes les formes géologiques de la vie politique. Toute nation, tout parti qui se souviennent du sol, de la tradition, du métier, de la race sont suspects. Quiconque se réclame du droit du premier occupant et atteste des choses aussi évidente que la propriété de la cité offense une morale universelle qui nie le droit des peuples à rédiger leurs lois. Ce n’est pas les Allemands seulement, c’est nous tous qui sommes dépossédés. Nul n’a plus le droit de s’asseoir dans son champ et de dire : « Cette terre est à moi ». Nul n’a plus le droit de se lever dans la cité et de dire : « Nous sommes les anciens, nous avons bâti les maisons de cette ville, que celui qui ne veut pas obéir aux lois sortent de chez moi ». Il est écrit maintenant qu’un concile d’êtres impalpables a le pouvoir de connaître ce qui se passe dans nos maisons et dans nos villes. Crimes contre l’Humanité : cette loi est bonne, celle-ci n’est pas bonne. La civilisation a un droit de veto.

Nous vivions jusqu’ici dans un univers solide dont les générations avaient déposé l’une après l’autre les stratifications. Tout était clair : le père était le père, la loi était la loi, l’étranger était l’étranger. On avait le droit de dire que la loi était dure, mais elle était la loi. Aujourd’hui, ces bases certaines de la vie politique sont frappées d’anathème. Car ces vérités constituent le programme d’un parti raciste condamné au tribunal de l’humanité. En échange, l’étranger nous recommande un univers selon ses rêves. Il n’y a plus de frontières, il n’y a plus de cités. D’un bout à l’autre du continent, les lois sont les mêmes, et aussi les passeports, et aussi les juges, et aussi les monnaies…"


Avec Urusla Haverbeck, l’Allemagne occupée par les forces juives continue donc sa tradition de répression brutale. On aura une pensée pour Horst Mahler, âgé de 79 ans désormais, qui depuis 2009 est dans les geôles de l’Allemagne, où il a été victime d’une septicémie ayant abouti à l’amputation d’une jambe ; à cause des mauvaises conditions de détention et du refus de le soigner correctement.

source : https://blancheurope.wordpress.com/2015/11/13/une-revisionniste-de-87-ans-condamnee-a-10-mois-de-prison-en-allemagne/

Patrick Kanner rêvait d'être une cantatrice !

                            

Lors de la 6ème Convention nationale du CRIF (lobby juif), le ministre de la jeunesse et des sports a avoué sa judéité : https://www.youtube.com/watch?v=DGznqumG-bA

lundi 23 novembre 2015

La Bible de l’Homme Blanc – Chapitre 25


Nos besoins vitaux. Pour qu’un individu ou une race survivre, il y a deux exigences de base : (a) il doit y avoir un objectif et un programme et (b) il faut avoir de l’énergie, du zèle et de la motivation dans la poursuite de cet objectif. Les deux vont de pair afin de maintenir et de perpétuer un organisme viable.

Pour expliquer cela en termes clairs, il y a deux forces à prendre en compte sans lesquels la Race Blanche ne peut survivre : le but et l’âme.

La stagnation de la Race Blanche. Aujourd’hui notre race n’a ni l’un ni l’autre. Il n’y a ni objectifs ni esprit racial chez la Race Blanche. Nous faisons du sur-place et nous nous approchons de l’autodestruction et de l’oubli. La Race Blanche ne reconnaît pas sa propre valeur, unique et remarquable, et ne se voit même pas comme un tout homogène. Cette élite de la nature, pourtant productrice des éléments les plus intelligents et imaginatifs, n’est pas capable de comprendre ces principes de bases et commet un crime contre-nature. Aucune création ne peut survivre très longtemps en violant les lois de la nature. Les lois implacables de la Nature sanctionnent tout manquement, même temporaire. Extinction et oubli sont réservés à ceux qui sont assez fous pour essayer de braver ces lois.

Un potentiel illimité. Le but de l’Église du Créateur est de développer l’énorme potentiel de la Race Blanche à un niveau encore jamais atteint. Il faut juste qu’elle se rende compte de son potentiel incroyable.

Le potentiel futur de la race blanche est, ou peut être  si énorme, si glorieux qu’on ne peut même pas encore l’imaginer. Malheureusement aujourd’hui, la Race Blanche est en voie d’extinction et de disparition. C’est le but de ce livre et de l’Église du Créateur d’éviter ce destin tragique par le biais de la Créativité, cette nouvelle religion dynamique, capable de réveiller le géant endormi, de revitaliser son âme intérieure et de donner un objectif à la Race Blanche. En fait, l’objectif visé est si haut qu’il faudra des générations avant d’ apprécier pleinement le vrai but de notre religion.

L’âme raciale blanche. Mais avant toute chose, expliquons ce que nous entendons par âme. Nous ne parlons pas d’une sorte de fantôme qui planerait à l’intérieur ou à l’extérieur du corps humain. En fait, les membres de l’Église du Créateur ne croient pas du tout aux fantômes ou à toute autre manifestation du surnaturel, qu’il s’agisse  d’esprits, de gobelins, de démons, de lutins ou tout autre du même acabit. Quand nous parlons de l’âme de la Race Blanche, nous parlons de caractéristiques innées comme les sentiments, désirs, aspirations, qualités, préférences,qui sont des caractéristiques propres qui appartiennent spécifiquement à la Race Blanche. Par exemple, il est caractéristique de l’Homme Blanc d’être créatif, explorateur, constructif, organisé, franc, de rechercher le savoir et l’apprentissage, de créer des civilisations et de fonder des empires, d’établir la loi et l’ordre, d’apprécier et de comprendre la beauté et de créer le beau sous forme d’art, de musique, d’architecture et sous bien d’autres formes encore. D’un autre côté, on remarque que les nègres sont dépourvus de toutes ces choses et possèdent une âme animale stupide.

Le sens inné des gènes. Il existe de nombreux autres attributs inhérents qui sont caractéristiques de la Race Blanche. Les gênes transmettent ces attributs de générations en générations pour peu que la race reste pure. C’est ce sens inné que l’Église du Créateur définit comme l’âme blanche.

La matière religieuse. Généralement, l’âme d’une race se décèle dans sa religion. Ce n’est malheureusement pas vrai pour l’ancienne religion de l’Homme Blanc, le christianisme, imposé à lui par une race étrangère hostile, d’origine sémite asiatique. Nous aurons l’occasion d’en dire plus à ce sujet un peu plus loin.

Dessein et ardeur. Dans ce chapitre, nous établirons les principes de base : sans un dessein et un programme clair, nous n’avons rien du tout. Sans l’ardeur, l’envie et la motivation, nous n’avons rien, même si nos intentions sont clairement définies. Les deux vont de pair : l’ambition salutaire et la vigueur, couplé à la motivation nécessaire pour atteindre l’objectif fixé.

Les parasites juifs ont survécu grâce à leur religion.
C’est le plus remarquable exemple d’une race dont les objectifs, le but, l’âme et la religion ont travaillé à l’unisson contre leur ennemi de toujours, la Race Blanche. Depuis quelques milliers d’années, la race juive a travaillé frénétiquement dans le sens d’une appropriation totale de tous les biens et richesses de ce monde avec comme idée de détruire les autres peuples ou d’en faire des esclaves servant leurs intérêts. Ils restent fanatiquement loyaux à leur race et sont extrêmement déterminés à atteindre leur objectif grâce à leur adhésion zélée à leur religion. Leur âme est celle d’un parasite, vivant aux crochets des autres peuples, et leur religion judaïque à été taillée sur mesure pour sucer le sang  des autres peuples.

Les aspirations inébranlables des Juifs. En conséquence, les juifs, qui n’ont par eux-mêmes jamais bâti un pays ou une civilisation, approchent de leur obsession millénaire de contrôle et d’asservissement de tous les peuples de cette planète. Nous aurons encore beaucoup à dire dans les chapitres suivants sur cette histoire macabre mais fascinante.

Aucune aide ne nous est nécessaire. Au contraire du juif, il faut préciser que l’Homme Blanc, l’être le plus créatif et intelligent que la Nature ait produit, n’a nul besoin de se comporter en parasite pour s’accomplir. Clairement, l’Homme Blanc a tous les attributs nécessaires pour s’épanouir et atteindre de nouveaux sommets dans tous les domaines imaginables de la civilisation et l’amélioration continuelle de son patrimoine génétique. Il a tout pour lui, excepté un idéal et un esprit fort, ce qui constitue le sujet de ce chapitre. C’est une situation artificielle et temporaire que nous devons nous atteler à résoudre.

Affirmer notre âme raciale. Le but de ce livre est d’aider l’Homme Blanc à découvrir son âme raciale, à lui donner une religion qui soit en harmonie avec sa nature profonde, et d’exprimer ses objectifs et les moyens qu’il doit mettre en œuvre pour y parvenir. Pour résumer ce chapitre en une phrase, disons que nous devons trouver les moyens pour la survie, la croissance et la promotion de notre genre, la Race Blanche. Voilà ce que représente la Créativité.


Notre Race est notre Religion


Nous Créateurs croyons à aucune idéologie. Les idéologies juives : l'islamisme, le communisme, le mondialisme, l'antiracisme, le capitalisme, le christianisme, le freudisme... n'ont aucune prise sur nous.

Nous luttons pour la survie, l'expansion et l'amélioration de notre patrimoine génétique racial. Nous voulons faire de cette planète - le seul endroit que nous connaissons - un paradis blanc, un paradis lumineux pour la Race Blanche.

Notre credo est de ce monde : tout ce qui est bon pour la Race Blanche est la plus haute vertu et tout que ce qui est mauvais pour la Race Blanche est le péché ultime.

Les seules lois que nous reconnaissons sont les lois éternelles de la nature.

RaHoWa.

dimanche 22 novembre 2015

Les gauchistes affichent leur « solidarité avec les réfugiés »

                        

Tous ces gauchistes sont assez innoffensifs. Il suffit d'en mettre un seul en pyjama rayé dans un camp - et tous les autres se tiendront à carreau. Ce qui caractérise le mieux le gauchiste, c'est sa lâcheté.



Le problème se situe au-dessus, je veux parler de ce "monstre froid" (dixit Nietzsche) qu'est l'Etat.

Hollande et sa clique de francs-maçons enjuivés sont dans une lutte à mort contre la Race Blanche. Ils utiliseront tous les moyens mis à leur disposition : l'armée, la police, la justice... pour continuer leur travail de "déconstruction".

Ces traîtres, ambassadeurs du nouvel ordre mondial juif, iront jusqu'au bout pour conserver leur pouvoir de destruction.

L'heure de la Reconquête


L'ARABE SERA BOUTÉ HORS D'EUROPE !


samedi 21 novembre 2015

Le logeur de Saint-Denis, condamné pour un meurtre au tranchoir en 2008

              

Jawad  Bendaoud, le "propriétaire" du squat loué aux islamistes, avait déjà été condamné à 8 ans de prison pour un  meurtre au tranchoir :

Jawad  Bendaoud, ce jeune de 22 ans jugé pour le meurtre de David, son « meilleur ami » mort à 16 ans d'un coup de tranchoir en plein thorax, a été condamné à huit ans de prison, par la cour d'assises de Bobigny.

Une sanction accueillie avec colère par les amis de David, qui avait payé de sa vie sa tentative d'empêcher Jawad de s'en prendre à un autre jeune, qu'il soupçonnait d'avoir volé un téléphone portable.

Tout a commencé par des mots. Une altercation, violente, entre deux adolescents. Echange d'insultes, les deux en viennent presque aux mains, lorsque soudain l'un tourne les talons. Il reviendra quelques secondes plus tard, mais accompagné de deux copains et surtout armé. Jawad Bendaoud est entré dans une boucherie de la rue de la République, s'est emparé d'un premier puis d'un deuxième couteau, plus grand, sans que le commerçant ait eu le temps de comprendre ni de réagir. Revenant sur les lieux de la dispute, il aurait menacé son adversaire.

« Ses amis sont restés paralysés »

David, aurait alors tenté de s'interposer, de « calmer le jeu ». Précipitation de la colère ou geste intentionnel, c'est contre lui que l'agresseur se sert du couteau de boucherie. L'auteur du coup fatal a tout de suite pris la fuite ; rue du Corbillon, c'est la stupeur, bientôt la panique, qu'il aura mise à son profit.

« Le jeune blessé s'est tenu le ventre pendant quelques minutes avant de tomber à terre, ses amis sont restés paralysés », raconte Didem, une lycéenne de 18 ans encore sous le choc. Elle se trouvait à 30 m de la bagarre. « Il est resté blessé, gisant par terre pendant plus d'un quart d'heure avant que les secours arrivent », regrette en écho son amie Soriane. A ce moment entre la rue du Corbillon et la rue de la République, le périmètre de sécurité n'empêche pas l'attroupement de dizaines de curieux.

source : http://www.lejdd.fr/Societe/Saint-Denis-le-logeur-des-terroristes-condamne-en-2008-pour-coups-mortels-760493

L'Etat islamique n'est pas l'ennemi prioritaire

  

La république juive a effectivement 2 objectifs : la destruction de la Race Blanche en France et la destruction des ennemis d'Israël au Moyen-Orient. En bombardant le Moyen-Orient, la république juive amplifie l'immigration vers l'Europe afin de détruire plus rapidement notre patrimoine génétique.

Promotion de l'avortement et de l'immigration, la destruction
de la Race Blanche est la priorité de notre pire ennemi.

L'histoire récente a démontré aux judéocraties la dangerosité de la Race Blanche. Elles veulent rapidement se débarrasser de la Race Blanche pour empêcher l'émergence d'un nouvel Hitler et augmenter notre docilité par le métissage. En effet, il est plus facile de contrôler une population dont le QI est en constante régression.

Grâce au métissage (inévitable dans une société multiraciale) les Juifs et leurs complices comptent se maintenir définitivement au pouvoir. Quand nous aurons perdu 20 points de quotient intellectuel - nous ne serons plus en mesure de retrouver la maîtrise de notre destinée.

Le peuple juif est l'ennemi prioritaire. L'islam doit être éradiqué en Europe (pas au Moyen-Orient) !

RaHoWa.

vendredi 20 novembre 2015

Le Grand Rabbin Dov Lior affirme que les attentats de Paris sont une rétribution pour l’holocauste


Samedi, pendant les funérailles d’un père et de son fils abattus par des Palestiniens, le Grand Rabbin Dov Lior a dit à l’assistance que les attentats de Paris étaient mérités en raison de ce que les Européens « ont fait à notre peuple il y a 70 ans. »

« Les méchants dans cette Europe gorgée de sang le méritent pour ce qu’ils ont fait à notre peuple il y a 80 ans. » a déclaré le suprémaciste juif Dov Lior.


Les bougnoules hors d'Europe !

Pas un seul Blanc parmi les musulmans qui ont frappé Paris.
Les bougnoules qui ont attaqué la France le 13 novembre étaient presque tous de nationalité française. Cette nationalité a été distribuée à plus de 15 millions de crasseux originaires d'Afrique ou d'Asie - se dire français en 2015 n'a plus aucun sens. Délivrez une carte d'identité à un orang-outang d'Afrique, et il sera juridiquement Français !

Nous - Créateurs - sommes avant tout de Race Blanche.

Les bougnoules (musulmans ou non) doivent être expurgés de notre sol. L'islamisation de notre continent est une conséquence de l'immigration. Sans cette immigration massive, l'islamisation de la France aurait été impossible. La remigration devra s'étendre à tous les sémites (juifs et arabes), aux nègres, aux métis et aux bridés. La survie de la Race Blanche en dépend.

RaHoWa.

L'islam est une idéologie juive


L'islam comme le communisme est une idéologie juive. L'idéologie musulmane a été inspiré à Mohammed par sa femme Khadidja (juive) qui avait une grande influence sur son jeune mari.

Le païen Mohammed (qui vénérait comme tous ceux de sa tribu des cailloux) a été initié au judaïsme par le rabbin de La Mecque. L'islam est une variante du judaïsme à vocation universaliste.

- Pour en savoir plus lisez "Voici le vrai Mohammed et le faux Coran" de Théry Gabriel : http://www.freepdf.info/index.php?post/Thery-Gabriel-Voici-le-vrai-Mohammed-et-le-faux-Coran

Quatre jours avant les attentats Marine le Pen tapinait le vote afro-musulman !

 
 L'assimilation des bougnoules et des nègres
serait la mort de la Race Blanche !

Rappelez-vous que Marine le Pen n'avait pas supporté les propos d'Aymeric Chauprade sur la cinquième colonne musulmane en France.


Aymeric Chauprade n'est plus membre du FN.

Lors des prochaines élections régionales, vous pouvez toujours vous défouler en votant Front national. Mais ne comptez jamais sur ce parti ou Marine le Pen pour sauver la Race Blanche - JAMAIS !

lundi 16 novembre 2015

Alain Soral prône la réconciliation et l'unité nationale !


Malgré tous ses morts, que la France pleure, comment faire pour que ces attentats nous rendent plus forts ? En réconciliant le pays avec lui-même.

Le propre d’un attentat est de faire surgir la mort de n’importe où. En Occident, nous sommes habitués à contrôler la mort, par les soins, le confort, la médecine, la diététique, etc. Notre durée de vie moyenne en atteste. Les Français savent vivre, et bien vivre. Ils savent moins mourir, ce que savent – bien malgré eux – les peuples en guerre. Mais la France ne veut pas être en guerre. Pourtant, on l’y oblige.

Qui ? On le saura, peut-être. On espère juste que « l’État islamique », qui revendique les tueries de la nuit du 13 au 14 novembre 2015, n’est pas le masque des « opérations spéciales » de l’Empire. Ce qui serait très décevant, sur les objectifs réels et les méthodes de la dominance mondiale. Ainsi, la qualité de vie française, notre quiétude, que tant de pays nous envient, et qui est symbolisée par Paris, est ébranlée. Il nous faudra la reconstruire, car c’est notre bien le plus précieux, résultat de siècles d’efforts, d’évolution, d’intelligence, même si tout n’a pas été parfait, dans le passé.

Reconstruire la confiance entre nous, et en nous. Ne pas voir dans l’Arabe qui habite l’étage du dessous un tueur potentiel shooté au Captagon avec une kalachnikov dans son armoire, entre le mouton égorgé et la fatma cachée. Ne pas voir dans le juif qui habite au-dessus un manipulateur-né, les poches pleines de nos impôts détournés, à l’origine de toute ce qui dysfonctionne dans l’immeuble et, par extension, dans le pays.

Mais voir la manipulation des jeunes désespérés issus des cités, sans avenir – sauf celui de se faire exploser à la gueule des « nantis » –, à qui les organisateurs des tueries confient opportunément une formation militaire, politique (succincte) et religieuse, dans le but de faire le plus de mal possible. Une valorisation et un destin que personne d’autre ne leur propose. Et ça nous fait du mal, c’est indéniable. Mais le peuple français, que l’on croit faible, sait encaisser. On dit qu’une prison c’est une école qui manque : la violence terroriste serait le « retour » négatif de notre injustice sociale…

Voir aussi la réalité de la politique d’agression israélo-américaine, quasi-suicidaire au Proche-Orient, qui entraîne toute une région dans une spirale mortifère, sans offrir la moindre porte de sortie, négociation ou paix. Cette paix que la France a réussi à construire, sur mille ans, en elle-même, puis avec ses voisins. Et qui est un bien sacrément précieux.

Il ne s’agit pas d’un plaidoyer pacifiste empreint de niaises espérances, mais de la seule issue dans cette guerre déclarée au peuple de France, un peuple qui ne veut pas éclater en morceaux. Pour cela, il faut resserrer les liens, de proches en proches (on dit horizontaux), pas forcément dans le sens vertical, celui que prône notre président, dont la caste n’a fait que jeter de l’huile sur le feu pour son propre bénéfice, depuis trois ans.

Il s’agit, comme dit le Christ, cité par Matthieu dans les Évangiles, « d’être comme des brebis au milieu des loups, prudents comme les serpents, et simples comme les colombes ».
De garder sa pureté morale, son aspiration au Bien, sans ignorer le Mal, et ses vices : en l’occurrence, les montages, intoxications, et autres coups bas contre les peuples.

Vouloir ressouder la France par-delà ses failles, qui sont réelles mais que les radicaux de tous bords tentent d’élargir. Réconcilier, c’est ce que E&R tente de faire, avec lucidité, et courage, dans les difficultés que vous savez. Parce que la France vaut mieux que ceux qui la dirigent aujourd’hui.


Un rassemblement identitaire perturbé par une foule favorable aux islamistes

 

Un rassemblement identitaire perturbé par une foule favorable aux islamistes. Le lendemain des attentats du 13 novembre, les identitaires de Metz ont organisé une manifestation réclamant l'expulsion des islamistes. La réaction de la foule a été édifiante !

Qu'un peuple endoctriné par des décennies de propagande médiatique veuille se suicider c'est une chose. Mais qu'il veuille emporter avec lui les restes d'une population saine dans son suicide - c'est intolérable !

La boucherie du Bataclan


Selon le témoignage d’une survivante anglaise : « Les hommes d’ISIS armés de couteaux les ont utilisés pour torturer leurs victimes blessées en leur tranchant leur estomac quand ils gisaient sur ​​le sol. »


Le Parisien confirme le triage ethnique (raciale) lors de l'attaque du Bataclan :

Coucher l'horreur sur procès-verbal. Mettre des mots sur l'innommable. Pour le tenir à distance, et paradoxalement se convaincre qu'il est bien advenu : de jour comme de nuit, depuis trente-six heures, les rescapés du Bataclan se succèdent au Quai des Orfèvres, au cœur de Paris, pour y être entendus par les hommes de la police judiciaire.

A chaque fois, le récit d'une même terreur glaçante. D'abord, celle de ces « pétards » que tous ont cru entendre au fond de la salle. « Un son distinct, mais pas si fort, décrit Sidonie, 45 ans. On aurait dit comme un bruit de jouet. Plein d'étincelles jaillissaient dans la pénombre. On a cru à une mise en scène. Ça faisait Nouvel An chinois ! »

Un bref silence tombe sur les lieux, suivi d'une vague de hurlements, à mesure que les crépitements strient l'atmosphère confinée. « La foule a foncé vers nous, souffle Sidonie. Les gens en piétinaient d'autres. Je ne sais pas comment, mais les portes se sont ouvertes sur notre gauche. On a rampé ou marché à quatre pattes, je ne sais plus, puis couru. Il fallait sortir ! »

Ce réflexe, c'est aussi celui qui a sauvé Stéphane, aussi bien qu'il aurait pu le condamner. « J'étais parti prendre une bière au bar lorsque j'ai croisé un vigile. Un colosse dont le regard était transfiguré par la panique. L'odeur de poudre a empli l'air. J'ai couru en arrière. » Au comptoir, Marion, photographe spécialisée dans le rock, est l'une des premières touchées. « J'avais fini mes photos et je discutais avec de vieux copains. La balle m'a atteint dans le bas du dos, pas très profondément. J'ai vu ce matin que mon sac photo avait un trou, c'est probablement lui qui m'a sauvé la vie. »

Les lumières se rallument. Marion entend les ravisseurs clamer : « On intervient au nom de Daech, on fait ça pour tout ce que vous faites en Syrie et en Irak. » La photographe pense alors à l'un de ses confrères et amis, tué justement en Syrie. « Mais je n'ai pas paniqué. Je me suis allongée sous mon sac photo. » Stéphane, lui, se reprend, s'agenouille discrètement près d'un poteau et observe. « Je voulais voir leur tronche. Etre capable de la décrire à la police. » C'est ce qu'a fait hier cet avocat de 48 ans, retraçant minutieusement les dialogues des assaillants, « des mecs de 25-30 ans, maghrébins avec une barbichette comme la mienne, pas du tout le look salafiste ».

« Vous bombardez la Syrie, vous allez comprendre », entend-il distinctement. « Ils disaient aux gens de ne pas bouger, et les abattaient ensuite de sang-froid. J'ai eu l'impression de fanatiques surentraînés. » Rapidement, deux des trois assaillants montent à l'étage. « J'ai pensé aux héros du Thalys, se remémore Stéphane. Au fait que vivre, ça veut dire être actif. Je ne voulais rien perdre de la scène pour en comprendre tous les rouages, et être alors capable d'agir au mieux. »

L'espace de quelques minutes, l'avocat croit la fosse libre de tout terroriste. « Un couple se trouvait devant moi. J'ai vu qu'ils pensaient à la même chose. » La jeune fille et son ami s'élancent. Une courte rafale claque, et la première s'effondre. « Son gars s'est précipité sur elle. Il l'étreignait, mais je crois que c'était fini », lâche Stéphane. Contre toute attente, il fonce à son tour, dopé par l'adrénaline. « J'ai enjambé des corps. Mes ligaments, qui avaient déjà craqué par le passé, ont cédé. J'ai tenu bon, retrouvé la sortie. Je ne sais pas s'ils m'ont tiré dessus, mais je n'ai rien entendu. »

Il est 22 h 5. Les terroristes ne se trouvent dans la salle de concert que depuis vingt minutes. A la porte principale, Stéphane ne croise qu'« un îlotier, tout seul, avec sa chasuble bleue, et son flingue à la main ». L'avocat respire l'air extérieur comme au premier jour, retrouve sa moto et... rentre chez lui. « Lorsque j'ai allumé la télé, on parlait de quarante morts. Mais je savais déjà qu'il y en avait et qu'il y en aurait beaucoup plus. »

A l'intérieur, le macabre décompte se poursuit inexorablement. L'index et le majeur pointés vers le bas, le pouce relevé, Grégory*, 55 ans, n'en finit pas de mimer la scène. « Pan, pan, pan », égrène le père de famille. Initialement, il devait assister au concert avec sa fille et son fils, tous deux adolescents. La lycéenne étant fatiguée ce jour-là, c'est un copain du fils qui l'a remplacée au pied levé.

C'est donc de chez elle que Valérie*, élève en classe de première, découvre l'ampleur du drame. « J'ai cru que toute ma famille avait disparu. J'ai eu trois secondes de vide total dans mon canapé, trois interminables secondes de blanc sans vouloir croire qu'ils n'étaient plus là. » Au même moment, son père s'est jeté à terre, et comprend immédiatement que cela ne pourra suffire à le sauver. « Ils tiraient et butaient tout le monde, ne s'arrêtant que pour recharger. A chaque fois qu'ils trouvaient quelqu'un d'encore vivant, ils l'achevaient, comme ça », reprend le père de famille, en décrivant une fois de plus le même geste, des larmes dans les yeux, sa voix se brisant dans un sanglot.

C'est alors Valérie qui parle pour lui : « Mon papa a tout entendu et mon frère, lui, a tout vu. Je ne sais pas ce qui est le pire. » « Je me suis caché sous un corps », témoigne le frère en question, Frédéric*, parcouru par des spasmes d'angoisse. Stan, 28 ans, a lui aussi plongé au sol. « A un moment, j'ai fermé les yeux, revit le jeune homme. J'ai senti quelque chose de chaud qui coulait sur mon visage. C'était le sang d'un homme qui venait de s'écrouler sur moi après avoir pris une balle. Une balle qu'il a prise à ma place. »

Hanté par ce cauchemar, conscient qu'il a tutoyé la mort, Stan tente encore et encore de comprendre comment il a pu survivre. « Je crois qu'ils ont tiré des grenades. Je portais des vêtements épais. Peut-être qu'ils ont arrêté les éclats ? » s'interroge à haute voix cet illustrateur. Comme beaucoup d'autres masses silencieuses, mais vivantes, il aurait voulu pouvoir se fondre dans le sol. Mais les sons se sont chargés de le ramener à la réalité. « J'entendais les gens crier : Fais pas ça, s'il te plaît ! Une détonation résonnait, puis je n'entendais plus la voix d'avant... D'autres ont hurlé : Enculés !, sans qu'on sache s'il s'agissait de spectateurs ou des terroristes. »

Ces voix, Pascal les capte avec une même acuité. Lui aussi a 48 ans. Lui aussi est avocat, comme son pote Stéphane, qui, à ce moment-là, a déjà gagné la sortie. Pascal, lui, a fait le choix de se figer face contre terre. « Contrairement à beaucoup, j'ai immédiatement vu le gars sortir un fusil d'assaut. J'ai tout de suite compris qu'il s'agissait d'un attentat. » Aussi vite, Pascal saisit que le moindre frémissement se solde par une exécution immédiate. « Je me suis dit : c'est mon jour, je vais y passer, ou peut-être pas. J'ai une chance sur deux. Je me suis mis en condition de terminer ma vie là, comme ça. J'ai pensé très fort à mes proches. Je sentais mon portable qui vibrait dans ma poche au rythme des nombreux SMS qui me parvenaient. »

Alentour, les blessés ne peuvent se retenir de hurler. « Je savais que beaucoup agonisaient », murmure Pascal. Un moment, la fusillade ralentit. « C'est comme s'ils avaient fini une première étape, raconte Frédéric. Alors, ils ont refait le tour de la salle, plus lentement cette fois, pour examiner chacun des corps. » Un jeune homme, comme il l'a raconté hier à la police, est mis en joue et... épargné. « Ils m'ont dit : On a besoin de quelqu'un ! » a-t-il témoigné sur procès-verbal, n'ayant d'autre choix que de répondre : « Je suis avec vous. » Le garçon est alors mis à contribution pour bouger les corps, afin que les terroristes puissent distinguer les simulateurs, ou simplement les blessés.

Quand les tueurs arrivent à la hauteur de Grégory, « ils l'ont frappé du pied pour voir s'il vivait encore, récite sa fille, Valérie. Il a une prothèse du genou, qui fait qu'il ne peut pas le plier complètement. Une fois, deux fois, trois fois, ils ont tapé. Il n'a pas bougé. S'ils avaient essayé une quatrième fois, il m'a dit en pleurant qu'il n'aurait pas résisté. Son genou ne se maintenait plus en position, ça lui faisait trop mal. » Mais Grégory a tenu le choc. A moins de 50 cm de lui, son voisin, lui, a bougé. « Il a pris une balle en pleine tête, tremble Grégory. Je ne le connaissais même pas. » « Mon frère, lui, a aperçu un jeune homme qui rampait furtivement pour tenter de se sauver, rappelle Valérie. Les tueurs l'ont vu. Ils l'ont achevé d'une balle dans la nuque. »

Allongé, Frédéric reste silencieux. « Il avait son téléphone sur lui et n'avait qu'une peur, relève sa sœur : que quelqu'un l'appelle et que ces monstres l'entendent. » Vers 4 heures du matin, une fois exfiltré sain et sauf par la police, 48 messages s'afficheront sur le téléphone. « Le pire, c'était l'attente, et de ne pas savoir, lâche Valérie. Vous imaginez, pour ma mère et moi, ce que ça a été de se dire pendant si longtemps que nos deux êtres les plus chers n'étaient plus de ce monde ? »

Interminable, l'attente l'est encore plus à l'intérieur de ce Bataclan où rarement « fosse » aura aussi sinistrement mérité son nom. « Ça canardait vraiment dans tous les sens », appuie Jean-Baptiste, un spectateur dont la place lui avait été offerte par son frère pour son 22e anniversaire.  « Il a hurlé lorsqu'une balle l'a effleuré, lui brûlant le dos, raconte Jean-Baptiste. Le projectile a fini dans le ventre de la personne juste devant lui... »

Les tueurs sont impitoyables. Ils ont pourtant épargné Alexis*, un jeune majeur « typé », comme le décrit une amie, dont la peau mate le fait souvent passer pour un jeune d'origine maghrébine. « Ils l'ont visé, puis se sont repris, explique cette proche. Ils lui ont dit : Toi, t'es des nôtres !, et ils ont tiré sur un autre jeune à ses côtés. »

« On entendait distinctement les pauses qu'ils faisaient, et le claquement lorsqu'ils changeaient de chargeur », souligne Pascal. Jean-Baptiste et un petit groupe de spectateurs profitent de l'un de ces intervalles pour se précipiter vers une sortie annexe, donnant passage Amelot. Une fois dehors, ils s'engouffrent dans la porte d'un immeuble qu'un couple a volontairement laissé ouverte. Pascal, lui, est toujours immobile, comme il le sera resté plus de deux heures. Alors qu'il ne sait pas encore que le carnage touche à sa fin, l'avocat entend un bruit de scotch lui laissant penser que l'une de ses pires craintes est en train de se concrétiser : « J'étais persuadé qu'ils disposaient des explosifs pour tout faire sauter. » L'assaut est lancé, les survivants évacués.

A peine ont-ils réchappé à ce premier enfer qu'un autre va maintenant s'ouvrir devant eux. Grégory est celui qui l'évoque le mieux. Incapable de se souvenir comment il s'est retrouvé sur le trottoir, le père de famille tente de percer l'insondable mystère de ce « miracle » qui lui a valu d'être encore en vie. Indemne physiquement, il est très loin de l'être psychiquement. « Pourquoi, moi, je suis là ? Pourquoi moi et pas les autres ? » ressasse-t-il.

* Les prénoms ont été changés par le Parisien.


dimanche 15 novembre 2015

DEFENDS PARIS

Attentats à Paris: Pour Trump, la situation aurait été très différente avec des Français armés


Samedi, le républicain Donald Trump a mis en cause les lois sur le contrôle des armes en France, estimant que le bilan aurait pu être moins lourd si la population était armée.

« Regardez Paris, avec les lois sur le port d’armes les plus restrictives du monde, personne n’avait d’armes sauf les méchants », a déclaré Trump lors d’un meeting à Beaumont dans le Texas, après avoir demandé une minute de silence en hommage aux victimes.

« Personne n’était armé », a-t-il dit aux milliers de personnes rassemblées. « On peut dire ce qu’on veut, s’ils avaient eu des armes, si nos gens étaient armés, s’ils avaient le droit de porter des armes, la situation aurait été très, très différente ».


                
Le lobby juif (le CRIF) acceptera-t-il l'armement 
des goyim (non-juifs) en France ?


Les médias "français" sont les premiers à dénoncer le lobby des armes aux USA. Mais ils ne se sont jamais opposés au port d'arme des juifs en Israël !

Molenbeek (Belgique) base arrière du terrorisme en Europe

     Vidéo en "langue bougnoule".




Premières images de l'attaque du Bataclan

  
Vidéo systématiquement censurée par YouTube, sans doute
parce qu'elle donne une image peu flatteuse de l'islam !


Pourquoi les arabo-musulmans ont-ils choisi un concert de rock plutôt qu'un concert de rap ? La réponse est évidente, pour faire un maximum de victimes blanches !



Assassinés au Bataclan.
R.I.P

La plupart des terroristes étaient parmi les migrants syriens


Bien que nous ayons à ce jour  peu d'informations sur l'identité des arabes qui ont attaqué la France le 13 novembre. Il est fort probable que la plupart d'entre eux étaient des migrants syriens. 

Deux d'entre-eux (au moins) sont originaires de Syrie. Selon le procureur de la République François Molins : un Syrien né en 1990 connu sous le nom de Abbdulakbak. B. Totalement inconnu des services de police, a tout d’abord passé 38 heures sur l’île grecque de Leros le 3 octobre dernier avant de gagner la France.


La presse serbe a indiqué qu’un deuxième migrant syrien faisait partie du commando djihadiste ayant frappé Paris. Abbdulakbak. B était accompagné d’au moins un autre migrant syrien, Ahmed Almohammed.

Les services de renseignement français ont retrouvé le passeport du terroriste près de son corps et ont sollicité le gouvernement serbe afin de savoir s’il avait transité par le pays récemment. Les autorités serbes ont répondu par l’affirmative.

Ahmed Almohammed est né en 1990 à Idleb, en Syrie. Il est entré en Grèce le 3 octobre dernier comme migrant clandestin et a franchi la frontière serbe le 7 octobre à Miratovac depuis la Macédoine. Il a continué son chemin jusqu’en Croatie avant de rejoindre l’Autriche.


samedi 14 novembre 2015

Paris à feu et à sang !


Scènes de guerre à Paris : 128 morts et plus de 100 blessés entre la vie et la mort !

Les cosmopolites ont atteint leur objectif, il aura fallu plus de 30 années d'immigration massive pour faire de la France une poudrière ethnico religieuse. Ni les attentats du 11 septembre, ni les émeutes raciales de 2005, ni la crise économique de 2007 n'ont entravé les élites enjuivées dans leur oeuvre de destruction.

La guerre raciale fait désormais rage. La guerre est raciale avant d'être religieuse : les bougnoules utilisent l'islam contre tout ce qui leur est racialement supérieur.


D'autres attaques suivront, à la guerre raciale s'ajoutera probablement une guerre civile. Car les Juifs et leurs complices (les francs-maçons) s'accrocheront jusqu'au bout au pouvoir !

With Open Gates : Le suicide collectif des nations Européennes

              

Postée le 9 novembre, cette vidéo a été vue plus d'un million de fois !

Google/YouTube et d'autres organismes juifs font tout leur possible pour censurer cette vidéo : https://blancheurope.wordpress.com/2015/11/14/portes-ouvertes-la-destruction-forcee-des-nations-europeennes/

Refugees not Welcome !

                      
 Une Allemande se mobilise contre la misère 
affective chez les migrants.


Bonn (Allemagne) : des femmes harcelées par les migrants lors d’une fête « refugees welcome ».

L’association « Bienvenue réfugiés Bonn » veut commenter les incidents qui se sont produits sur leur fête le 7 novembre et qui a été co-organisée par notre groupe. Sur la fête, nous avons observé que certains hommes molestaient, touchaient et harcelaient des femmes. En tant que co-organisateur, nous tenons à nous excuser.


Lors de la soirée, nous avons essayé d’identifier les coupables et à les éloigner du lieux; aussi nous avons fait des annonces où nous avons demandé d’arrêter ce comportement immédiatement. Toutefois, ces mesures étaient sans succès. Nous nous excusons pour cela! Ces hommes jettent une lumière négative sur notre organisation ainsi que sur tous les hommes et les réfugiés de sexe masculin, qui étaient à notre fête. Cette mauvaise conduite n’a pas, toutefois, reflété l’attitude de la grande majorité des réfugiés. Mais c’est piège à généralisation que nous ne voulons pas suivre. Les hommes célibataires, qui ne savent pas comment se comporter, existent dans tous les pays et toutes les sociétés ainsi que les structures patriarcales qui viennent à la lumière à travers un tel comportement. Cependant, nous ne voulons pas nier qu’il y a des différences culturelles. Mais au lieu de simplement pointer négativement du doigt ceux qui se conduisent mal, nous croyons qu’il est aussi important pour tout le monde dans notre société civile de lutter contre ces différences dans l’intégration au quotidien.


L’Etat islamique a envoyé plus de 4000 djihadistes en Europe

Ils ne fuient pas la guerre, ils nous l'apportent !

Plus de 4.000 combattants de l’organisation terroriste Etat islamique (EI) ont pénétré en Europe en tant que réfugiés, annonce le journal Sunday Express [septembre 2015] citant une source de l’EI. Le transfert a été « réussi », selon cette dernière.

Les combattants s’intègrent aux flux de réfugiés dans les ports turcs d’Izmir et de Mersin pour arriver en Italie via la mer Méditerranée. Ensuite, ils se dirigent vers d’autres pays européens notamment la Suède et l’Allemagne.

Deux passeurs ont confirmé cette information. L’un d’eux a confié avoir aidé une dizaine de terroristes à pénétrer en Europe.
Certains prétendaient vouloir rendre visite à leurs familles, d’autres voulaient juste y aller pour « se tenir prêt ».


lundi 9 novembre 2015

El Khomri remigration !

     L'arrogante El Khomri se croit chez elle en France !


Á plusieurs reprises l'immigrée El Khomri impute le fort taux de chômage, à la bonne démographie "française". 

La remigration des sous évolués du tiers-monde est la première mesure à prendre pour rétablir notre compétitivité et relancer notre économie.


      

L'incompétence au service de la république métissée.