samedi 3 juin 2017

Ramadan : à Draguignan, des "jeunes" torturent un chat et lui arrachent les yeux


LE PARISIEN - La scène, relatée par des témoins, a été d’une violence inouïe. Dans la nuit de mardi à mercredi, à Draguignan (Var), un chat a été torturé dans le centre-ville à l'aide de tessons de bouteille, avant que ses yeux ne lui soient arrachés.

Le quotidien Var Matin rapporte, ce jeudi, plusieurs témoignages : celui d’«une femme en pleurs au téléphone», racontant ce qu’elle avait vu à l’aube, mercredi, dans le centre-ville de Draguignan (Var). Une autre qui a pris des photos de l’animal «massacré», et qui se remémore avoir entendu «attrape le chat, attrape le chat»… 

Dans la nuit de mardi à mercredi, «des jeunes» ont saisi la pauvre bête et l'ont mise à mort à l'issue d'un supplice épouvantable. La police municipale évoque un animal découvert avec les yeux arrachés après avoir été torturé et décharné à coups de tessons de bouteille, du côté de la place aux Herbes, dans la vieille ville. C'est l'Association des amis des chats de Draguignan qui a pris en charge la dépouille au petit matin. Sur sa page Facebook, une adhérente parle d’une «scène macabre», d’un «supplice»

Des témoins avaient peur des représailles...

Le chat, connu des gens du quartier qui le nourrissaient, se serait visiblement laissé facilement attraper par «la bande de jeunes», sans se méfier. Jeudi matin, les auteurs de ces actes de barbarie étaient toujours recherchés, et l’enquête s’annonce délicate. Dans Var Matin, un commandant de police s’étonne notamment de la réaction des riverains qui n’auraient pas alerté les forces de l’ordre, «par peur des représailles» : «Nous avons du mal à comprendre que les gens, témoins de ces actes, ne viennent pas à nous. Prévenue à temps, une patrouille se serait rendue sur place et aurait peut-être évité cette scène monstrueuse. Que les gens arrêtent de se cacher derrière la peur des représailles. Car quand tout un quartier se révolte, elle n'existe pas… », explique-t-il.

Un chat dépecé vivant en Suède

Le président de l'Association des amis des chats de Draguignan devait porter plainte, et la Fondation Brigitte Bardot aurait été saisie.

source : http://www.leparisien.fr/faits-divers/draguignan-ils-torturent-un-chat-et-lui-arrachent-les-yeux-en-plein-centre-ville-01-06-2017-7005216.php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy !